Réunion à la DGE avec les sociétés d’audit

Le lien avec le texte du ‘’Fait Maison’’ est clairement établi dans le cadre du nouveau décret. Les dispositions du fait maison, nouvelle formule et y compris les dérogations générales, s’appliquent donc au titre de Maître Restaurateur

Ce texte prévoit entre autre que :

Le composant principal de chaque plat doit être acquis frais, sauf exceptions prévues dans une liste exhaustive validée par l’administration .

Ce sont ces exceptions qui vont être clairement identifiées pour qu’il y ait une interprétation commune et identique lors des visites des organismes certificateurs. L’AFMR a reçu ces derniers mois beaucoup de demandes de clarifications sur différents sujets. Elle les a fait remonter auprès de l’administration. Nous espérons la prise en compte d’un certain nombre de souhaits pour que l’accès au titre ne soit pas refusé au regard de considérations marginales.

Il y a maintenant presque deux ans que toutes ces discussions ont été lancées. Elles étaient nécessaires mais elles ont perturbé nombre de demandes de titre, que ce soient des renouvellements ou des premières labellisations. Dès lors que ces derniers arbitrages auront été rendus, ils seront appliqués sans plus aucun commentaire de notre part.

Lorsque quelqu’un veut un label, quel qu’il soit, c’est à lui à s’adapter au cahier des charges et non le contraire.
LES CONTRÔLES DU DISPOSITIF

L’AFMR a maintes fois manifesté son souhait de voir se mettre en place une procédure de contrôle intermédiaire et aléatoire, pendant les quatre années de vie du titre de Maître Restaurateur.

Même si ce thème n’est pas intégré dans le nouvel arrêté, le sujet n’en est pas pour autant écarté.
Des propositions vont être faîtes dans les prochains jours.
L’AFMR renouvelle sa volonté de prendre ses responsabilités sur ce sujet, au moins vis-à-vis de ses adhérents.

Share on LinkedInPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook