Le « Fait Maison » nouvelle formule

dfsPrésidant une des très rares organisations à s’être engagée pour le fait maison, depuis son origine, je suis très heureux que le nouveau texte adopte une rédaction beaucoup plus pédagogique que le précédent. Comme je le souhaitais, un article très polémique a été supprimé et la présentation qui est faîte motive très concrètement les choix qui sont retenus. Ce texte permettra le développement de l’approche incitative qui avait inspiré cette mesure.

Je voudrais par ailleurs ajouter que ce dispositif a été très souvent fustigé alors qu’il a rempli très largement une partie des missions qui lui étaient assignées :

Si, effectivement, peu de professionnels l’ont affiché, beaucoup par contre ont retiré de leur carte une mention qui était devenue mensongère. La floraison des préparations ‘’Fait Maison’’ que l’on avait pu constater s’est très largement réduite pour éviter de tomber dans le délit de publicité mensongère, passible de 300 000 euros d’amende et de 2 ans de Prison. C’est un élément que l’on a tendance à oublier, à supposer que ce soit un oubli.

La réussite du fait maison passe de toute façon par le courage des 80% de restaurateurs qui ne préparent pas tout ce qu’ils servent à leurs clients. Pour les 20 % qui restent, le titre de Maître Restaurateur est une façon éclatante d’afficher à la fois le ‘’fait maison’’, leur travail, et d’assumer leurs engagements vis-à-vis du consommateur. Lorsque l’engagement est clair et officiel, c’est plus facile.

Je remercie très chaleureusement Carole DELGA pour sa constance dans sa volonté de protéger et valoriser notre patrimoine culinaire, sous tous ses aspects. Je la remercie de présenter le titre d’état ‘’Maître Restaurateur’’ comme un titre pérenne et structurant, puisqu’il est inscrit dans la loi. Le titre garanti à lui seul les éléments de base recherchés par le consommateur : Une cuisine faîte sur place par des professionnels confirmés, avec des produits bruts acquis majoritairement frais, intégrant la saisonnalité et les circuits courts, récompensée, après contrôle, par le seul titre d’état qui est délivré par le préfet de chaque département.

F. Attrazic

Share on LinkedInPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook