Crédit d’impôt pour les Maîtres Restaurateurs

Francis Attrazic, Président de l’Association Française des Maîtres Restaurateurs, AFMR, demande que le crédit d’impôt pour les Maîtres Restaurateurs soit renouvelé dans le cadre de la prochaine loi de finance.
L’abandon du crédit d’impôt constituerait un mauvais signal et pourrait nuire à la politique mise en œuvre depuis plusieurs années en faveur du développement de la qualité dans les établissements de restauration traditionnelle. Il est donc nécessaire de proroger ce dispositif fiscal, qui est de nature à inciter les professionnels à investir et à entrer dans une démarche de qualité.
Le coût global actuel du crédit d’impôt en faveur des maîtres-restaurateurs est de 2 M€ en année pleine, c’est une mesure à faible coût pour l’Etat mais qui favorise l’investissement de mise aux normes et de modernisation. Ce crédit d’impôt permet de favoriser l’investissement de ces entreprises, dans les éléments permettant de respecter le cahier des charges. Ce sont principalement des dépenses qui concernent les capacités de stockage et de conservation de produits frais, l’amélioration de l’hygiène et l’accueil de la clientèle.

Francis Attrazic
Il a une forte valeur symbolique car il illustre la volonté de l’état à soutenir ce titre d’état.
Le titre de maître-restaurateur est un dispositif relativement récent qui commence seulement à se développer. Les premiers bénéficiaires du crédit d’impôt sont encore peu nombreux et étaient des précurseurs du dispositif. Afin de continuer à soutenir le développement du titre, il est nécessaire de maintenir le crédit d’impôt qui revêt un aspect incitatif fort. Son abandon marquerait un coût d’arrêt brutal au développement du titre de maître-restaurateur et ainsi à la politique suivie en faveur du développement de la qualité dans les établissements de restauration traditionnelle. L’option fiscale est retenue car l’objectif est d’inciter les restaurateurs à solliciter le titre de maître-restaurateur et à engager des dépenses de modernisation sans créer de contraintes réglementaires générales et applicables à toute la population concernée. Cette mesure est favorable à l’augmentation du chiffre d’affaires de l’entreprise de restauration, par l’attrait d’une nouvelle clientèle. Elle est également favorable à la compétitivité internationale en favorisant l’identification d’une offre de restauration française de qualité.
Seul titre d’état pour la Restauration, délivré par le préfet de chaque département, il a été obtenu par plus de 3 500  restaurateurs, de la petite auberge de campagne au restaurant le plus prestigieux.
C’est une démarche volontaire, ouverte à tous, des lors que le cahier des charges peut être respecté.
Il a été créé pour valoriser la cuisine Française, pour valoriser le professionnalisme contrôlé des restaurateurs et une cuisine entièrement faite maison, à partir de produits frais et bruts. C’est une garantie pour les jeunes qui entrent en apprentissage et ce peut être le moyen de valoriser les signes de qualité de l’Artisanat ou de l’Agriculture.

Share on LinkedInPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook